Fragiles œuvres d'art, c'est l'artisanat le plus populaire . Ils représentent les scènes quotidiennes, les grandes figures et les épopées du Sénégal : du héros du Kayor, Lat Dior, aux plus célèbres marabouts, sans oublier les danses traditionnelles, les belles princesses sénégalaises ou les figurations de femmes sénégalaises en tenue traditionnelle, tout y passe. Peu d'artistes maîtrisent la peinture sous-verre ce qui contribue à faire monter les prix de ces pièces souvent considérées à tort comme pacotille ou art mineur...

 

En plus de son imagination fertile, l'artiste de sous-verres doit faire preuve d'une agilité rare. En effet, il s'agit de peindre une plaque de verre.... à l'envers. Aidés d'un miroir déposé sur une table en face d'eux, ils doivent en permanence jouer sur les différentes couches de peinture sans droit à l'erreur sous peine de devoir gratter les couches précédentes pour rattraper une imperfection... Le sous-verre, bien que pratiqué ailleurs, est considéré comme une spécialité sénégalaise.